Première Guerre Mondiale

En hommage aux poilus de la Grande Guerre, Robert Ducoin réalisa deux vastes dioramas : « août 1914 » et « mars 1918 ». Le premier montre en détail une batterie de 75 au complet, soit 173 hommes et 168 chevaux. On entre alors de plain-pied dans la vie quotidienne des soldats. Une section d’infanterie en pantalon rouge traverse un village pour monter en ligne tandis qu’un peloton de Chasseurs à cheval rentre d’une mission de reconnaissance. Plus loin, quatre canons d’une batterie de tir sont en action derrière un champ de blé.

Le second diorama quant à lui, nous transporte sur le front de 1918 avec les chars d´assaut, l’arrivée des troupes sénégalaises, la conduite des trains d´équipage et la construction de “boyaux”. Une carrière aménagée en cantonnement à l’arrière du front rassemble les services  médicaux, la cuisineroulante et la forge de campagne pour ferrer les chevaux.

Autour de cette scène centrale, vingt dioramas présentent des épisodes plus ou moins connus de la Grande Guerre : l’armée bulgare sur le front de Salonique, en 1915-1916, les combats dans les tranchées de Verdun en 1917, et des fronts plus lointains : l’armée austro-hongroise sur le front italien du Trente ou encore l’armée turc-ottomane dans le désert en Palestine face à la légion arabe du colonel Lawrence dit « Lawrence d’Arabie ».

Plus loin, Georges Guynemer s’apprête à décoller à bord de son avion un Spad XIII, le 11 septembre 1917 à 8h25, pour ce qui sera son dernier vol. Enfin la signature de l’armistice en forêt de Compiègne, le 11 novembre 1918 clôture cet espace.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×